Atelier Montage‎ > ‎

Plumes de Pêche

    
... Que serait une artificielle sans nos 
" généreux donateurs " de plumes !!! ...



Bonjour à tous,


Je ne ferai pas
un cours magistral d'ornithologie mais simplement un référencement des plumes les plus utilisées pour la création de mouches artificielles.





Quatre catégories sont retenues :


  • Les Herls : représentant les barbes soudés entre-eux d'une plume, les herls sont prélevés sur les plumes de queue ou d'aile des grands oiseaux (paon, condor, faisan, etc...). Les barbes sont recouverts d'une multitude de fibres communément appelées barbule". En débarrassant le barbe de ses "barbules", ce dernière devient un quill " (ex :quill de paon " ou bien encore quill de dinde "). Les herls rentrent dans la confection des corps de mouches sèches, noyées ou émergentes.
  • Les Hackles : plumes de coq de forme élancée ayant une base large et finissant en pointe. Les hackles sont utilisés pour la réalisation de la collerette des mouches sèches ou noyées.
  • Les Pelles : plumes de coq prélevées soit sur le dos (entre les ailes), soit sur les ailes. Les pelles sont destinées à la confection des mouches sèches, noyées ou nymphes.
  • Les Autres Plumes : pouvant provenir de la perdrix, du faisan, du canard ou autre volatile, elles sont utilisées soit partiellement pour confectionner les cerques, les corps ou les sacs alaires des mouches ; soit entières pour réaliser les ailes ou collerettes des artificielles.




1) La catégorie des "Herls" est principalement représentée par le " Herl de paon ", le " Herl de dinde " ou bien encore le " Herl d'autruche ". Le Herl est couramment utilisé dans la confection du corps des mouches. Débarrassé de ses barbules, ce dernier devient " un quill " servant à réaliser le cerclage du corps d'artificielles.

Lors de son apprentissage, le monteur débutant " fera connaissance avec un matériau appelé le " substitut de condor ". Sachant que le condor est un oiseau rare, et de surcroît protégé, obtenir des plumes de ce bel oiseau relève de l'exploit !!! Pour cela, un matériau de substitution est utilisé dans le montage des artificielles. En effet, la plume de dinde, dont la texture se rapproche le plus de celle de la plume du condor, convient parfaitement pour réaliser les corps des mouches sèches ou bien encore la queue de certaines nymphes ou noyées.


2) La catégorie des "Hackles"
est représentée par le " Selle de coq " et le " Hackle de cou de coq ". Les Hackles sont des plumes (longues ou courtes) issues de coqs d'élevage génétiquement sélectionnés. Ces plumes sont principalement utilisées dans la confection de la collerette de très nombreux modèles de mouches sèches et noyées (ex : les palmers).


Lorsque le Hackle est issu de la croupe du coq, ce dernier est
référencé sous l'appel-lation " Selle de coq ", " Lancette de coq " ou bien encore " Saddle ". Cette plume est parfaitement adaptée à la réalisation de collerette sur les petits hameçons. Sa longueur est plus importante que celle du Hackle issu du cou du coq.



Pour reconnaître un Hackle de qualité, il suffit de le plier afin de vérifier que les fibres ne restent pas collées entre-elles.



   

  
3) La catégorie des " Pelles  de coq "
est représentée par la " Pelle de Cape " et la  " Pelle d'aile ".
Lorsque la " Pelle " est issue du dos du coq (prélevée entre les ailes), cette dernière est référencée sous l'appellation de " Pelle de Cape ". Cette plume est destinée au montage de mouches noyées ou nymphes.
Lorsque le Pelle " est prélevée sur l'aile, cette dernière est répertoriée sous l'appellation de " Pelle d'aile ". Elle est destinée principalement au montage des cerques sur les mouches sèches. La plus célèbre des Pelles de coq est incontestablement celle du Coq Pardo.
  
  
4) La catégorie des " Autres Plumes " est représentée par les plumes de petite taille que l'on utilise généralement entière pour la confection d'artificielles.


- La Plume de flanc de perdrix :
La plume de perdrix convient parfaitement à la confection de la collerette des mouches noyées. Il est également possible de l'utiliser pour la réalisation des pattes de nymphes et des sacs alaires d'émergentes.



- La Plume de flanc de cane (ou de canard Malard) : Elle est essentiellement utilisée pour les montages dits " à plat " sur le corps. En effet, cette plume rentre dans la confection des ailes de sedges. Pour cela, on superpose deux plumes que l'on fixe sur le haut du corps en ayant pris le soin de les vernir au préalable afin de les consolider.


- La Plume de queue de faisan : On la retrouve dans la réalisation des noyées et des nymphes. Les barbes sont utilisés pour la confection des cerques, des sacs alaires et des corps des artificielles.


- La Plume de cul de canard (CDC) :
Plume mondialement connue, issue du croupion de canard, dont Monsieur Marc Petitjean en a fait une star des temps modernes. Cette plume rentre dans la confection de nombreux modèles de mouches. Matériau léger et très vivant, le CDC permet d'assurer une flottabilité maximale une fois bien graissé.



- La Plume de dinde :
Hormis sont utilisant principale en tant que herl, la plume de dinde permet également de réaliser les ailes de sedges et de mouches noyées. Comme pour la plume de cane (ou de canard Malard), il est recommandé de vernir les barbes afin de consolider les ailes ainsi fabriquées.



- La Plume de Marabout : La plume dite de "Marabout" est en réalité une plume de dinde ou d'autruche rentrant dans la confection de nombreux modèles de streamers... Légère, souple et d'une excellente mobilité dans l'eau, cette plume est incontournable pour réaliser des streamers à succès...



Vous pouvez utiliser ce lien qui vous permettra de trouver un grand choix de plumes à un excellent " rapport qualité / pri" => ICI


Merci de m'avoir lu et bon montage...

Amitiés halieutiques.